Souffrir : pour la gloire de Dieu et votre bien

La souffrance est inévitable.

Nos amis, notre famille et les médias nous rappellent constamment cette souffrance. Les croyants ne sont pas exemptés ; chaque disciple de Christ connaîtra une sorte d'épreuve ou de souffrance.

Nous sommes assurés de souffrir pour deux raisons. La première est que le péché a tout infecté dans notre monde. Lorsque le péché est entré, rien dans le domaine de la création n'a échappé à sa touche destructrice. Elle a engendré des souffrances générales, telles que des catastrophes naturelles et des maladies. La deuxième raison est que la souffrance fait partie du fait d'être un disciple du Christ.



Bien-aimés, ne sois pas surpris de l'épreuve ardente qui s'abat sur toi pour t'éprouver, comme si quelque chose d'étrange t'arrivait. Mais réjouissez-vous dans la mesure où vous partagez les souffrances de Christ, afin que vous puissiez aussi vous réjouir et être dans l'allégresse lorsque sa gloire sera révélée. (1 Pierre 4:12-13)

Les chrétiens n'ont pas à se demander pourquoi nous souffrons. Au contraire, nous nous réjouissons qu'il nous est permis de suivre l'exemple de souffrance du Christ.

Dans ses dernières heures sur terre, le Christ a réitéré la certitude de la souffrance dans la vie d'un chrétien en déclarant : « Dans le monde, vous aurez des tribulations. (Jean 16:33). Ce verset serait incroyablement difficile à supporter si c'était tout ce que l'Écriture disait sur le sujet. Cependant, dans le souffle suivant, le Christ donne l'ultime encouragement lorsqu'il dit : « Mais rassurez-vous, j'ai vaincu le monde.

Quel que soit le type de souffrance que vous éprouvez, rassurez-vous en sachant que votre Sauveur a vaincu le monde. Celui qui est mort pour vous a connu la souffrance ultime, quittant son trône céleste, entrant dans la chair humaine, menant une vie parfaite, puis mourant à votre place pour subir la colère de vos péchés. En Christ, nous avons le plus grand exemple de la façon de bien souffrir.

But de la souffrance

Pour les chrétiens qui endurent ce monde déchu, la souffrance a deux objectifs : la gloire de Dieu et notre bien.

Lorsque nous répondons bien à la souffrance, nous démontrons pratiquement au monde incrédule que Christ est plus glorieux et précieux pour nous que toute douleur et difficulté que nous pourrions endurer. Nous avons l'opportunité de montrer où et en qui nous trouvons notre véritable trésor. En plaçant notre ultime espoir en Christ plutôt que dans les choses temporaires de ce monde, Dieu reçoit la gloire.

Pourtant, alors que nous pouvons peut-être voir à quel point la souffrance donne gloire à Dieu, nous avons du mal à imaginer comment la souffrance peut être pour notre bien. Le corps malade du cancer, le salaire qui ne couvrait pas tout à fait nos dépenses, le chagrin d'un membre de la famille non sauvé, l'appel téléphonique tard le soir qui change notre vie pour toujours. La liste des épreuves et des souffrances que beaucoup d'entre nous endureront est longue. Cela peut sembler inimaginable, mais même si nous demandons à Dieu la délivrance, la souffrance en tant que chrétien sert plusieurs objectifs pour notre bien ultime.

La souffrance nous sanctifie et nous purifie. Lorsque les plaisirs terrestres, les choses et les gens sont dépouillés de nos vies, cela révèle où nous avons placé notre espoir par erreur. La souffrance nous rapproche de Christ, parce que nous n'avons pas les conforts du monde sur lesquels compter. Le Seigneur sait que nous n'avons pas de plus grand bien que de contempler fermement lui et non les choses du monde. Alors faites ne gaspillez pas votre souffrance! Au lieu de vous organiser une fête de pitié (bien que j'en ai organisé et assisté à plusieurs grandes pour moi-même), recherchez la gloire du Seigneur pour votre bien dans les saisons d'épreuves.

Notre première réaction naturelle à la souffrance est la frustration, la peur ou l'anxiété. Lorsque votre cœur se brise et que votre monde s'effondre, prenez courage ! Rappelez-vous que votre Dieu a vaincu le monde ! Faites confiance à son caractère. Rappelez-vous que Dieu aime ses enfants et qu'il est finalement bon. N'oubliez pas ces vérités car elles sont votre pierre angulaire dans les moments de souffrance.

Indépendamment de votre présent. . .

Circonstances ou crise,

Pressions ou douleurs,

Souffrance ou chagrin,

Échecs ou frustrations,

Danger ou maladie,

Souvenirs ou misère,

Tentations ou épreuves,

Problèmes ou persécutions,

Des fardeaux ou des brisures. . .

Alors que vous évaluez la douleur dans votre propre vie ou dans le monde en ce moment, méditez sur ces questions :

Qu'est-ce que le Seigneur vous enseigne sur lui-même ?

Comment pouvez-vous utiliser votre souffrance pour sa gloire ?

Rappelez-vous que notre situation est temporaire par rapport à l'éternité. Dans les derniers chapitres du dernier livre de la Bible, Dieu fait une belle promesse à ses enfants : « Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ; il n'y aura plus ni mort, ni chagrin, ni cri. Il n'y aura plus de douleur, car les premières choses sont passées » (Apoc. 21:3).

Si ce monde présent était la fin de l'histoire et que nous n'avions pas de Sauveur en qui placer notre espérance, nous serions plaints. Mais Dieu soit loué, ce n'est pas notre situation ! Accrochez-vous à votre Sauveur et aux riches promesses qu'il a faites, et vous trouverez du réconfort au milieu de votre douleur.