Servir les patients dans un monde brisé

Note de l'éditeur:

La chronique hebdomadaire TGCvocations interroge les pratiquants sur leur travail et sur la manière dont ils intègrent leur foi et leur travail. Les entretiens sont condensés.

Kaileigh Mobbs est l'épouse de Jonathan et la mère de Juda et de Coraleigh. Elle vit à Little Rock, Arkansas, et fréquente l'église baptiste de Midtown. Elle travaille comme infirmière à temps plein dans une unité de soins intensifs de chirurgie/traumatologie.


Comment décrivez-vous votre travail ?



En tant qu'infirmière en traumatologie chirurgicale, je peux avoir des patients en observation ou des patients très malades. Dans mon unité, nous nous occupons de tout, des blessures à la tête aux os cassés en passant par les accidents de voiture. Mon travail peut parfois être intensif avec un patient sous sédation qui a besoin d'une prise en charge totale, mais d'autres fois mes patients sont cohérents, ce qui me permet d'apprendre à les connaître à un niveau plus personnel.

En tant que porteur de l'image de Dieu, comment votre travail reflète-t-il certains aspects de l'œuvre de Dieu ?

À la base, je suis un serviteur de mes patients, répondant à leurs besoins physiques et émotionnels. Parfois, je fais des tâches aussi simples que de leur apporter de l'eau ou de leur donner à manger. Mais d'autres fois, j'ai la possibilité de laver leurs pieds comme Jésus au sens le plus littéral en lavant leurs cheveux, en les baignant ou en nettoyant leurs dégâts. Je m'occupe de personnes de circonstances et d'horizons différents.

En tant qu'infirmière, je suis obligée de m'occuper des gens, peu importe comment ils m'ont été confiés. La norme de soins ne change pas simplement parce que mon patient est blessé en enfreignant la loi. Dieu ne nous traite pas comme nous le méritons, et moi non plus lorsque je traite mes patients.

En quoi votre travail vous offre-t-il un point de vue unique sur la brisure du monde ?

Il m'est difficile de répondre spécifiquement à cette question car chaque aspect de mon travail est directement affecté par la brisure de ce monde. Une simple erreur, qu'il s'agisse de boire et de conduire ou de ne pas prendre soin de soi, peut amener une personne à ma charge. Je prends soin des personnes qui sont des exemples vivants de ce monde déchu.

Jésus nous commande d'« aimer notre prochain comme nous-mêmes ». Comment votre travail fonctionne-t-il comme une occasion d'aimer et de servir les autres ?

J'essaie de prendre soin de chaque patient de la même manière. Lorsque je prends soin d'un patient, je veux lui offrir le même niveau de soins, quelles que soient les circonstances. Parfois, j'ai des patients qui craignent d'être gênants et je ne veux pas que quiconque ait l'impression d'être incommodé par eux. L'une des principales façons dont j'aime mes patients est de les aider à savoir que je suis impatient de les servir, car c'est ce que je suis là pour faire.