Où est votre bonheur ?

D'accord, divulgation complète. J'ai eu un vilain cri en regardant VeggieTales . Une scène particulière dans un conte particulier - le classique de Noël sur Saint-Nicolas. Le petit Nic saute sur un bateau pour explorer le monde et trouver une vie et un sens après le décès tragique de ses parents généreux et aimant Jésus. Vers la fin de son aventure, il tombe par hasard dans une église et y trouve une jeune femme qui nourrit les pauvres. Ce qu'elle fait lui semble familier puisque c'est ce qu'il a vu ses parents faire toute sa vie. Et quelque chose dans le comportement de cette femme est juste. Elle a le même regard satisfait que sa mère et son père avaient. Nicolas pense l'avoir trouvé ! S'il fait ce que fait cette femme, il sera enfin heureux. S'il peut suivre les traces de ses parents en servant les gens, son cœur sera rempli. Le petit Nic a donc le courage d'approcher la femme et de lui poser la grande question :

Mademoiselle, est-ce que ça vous rend heureuse ?

En riant, elle répond quelque chose comme, Oh chérie! cela ne me fait pas plaisir. Je peux le faire parce que Dieu m'a rendu heureux.



Cue cri laid. À travers ces larmes de légumes, la douce vérité de l'évangile m'a submergé. Et pour la première fois ce jour-là, je suis descendu de mon bateau de recherche et je me suis souvenu. . . Je suis content. Je ne suis plus à la recherche d'un niveau supérieur. La prochaine chanson à succès. Un ministère plus vaste. Un travail mieux rémunéré. Une famille plus respectueuse. Des amis plus affirmatifs. Un plaisir terrestre inconnu.

Je suis heureux - tant que je me souviens que j'ai trébuché sur un trésor dans un champ (Matthieu 13:44). Que si j'ai Jésus, j'ai tout, et si j'ai tout , je ne recherche plus rien. Et s'il n'y a plus rien que je cherche, je suis libre d'aimer et de servir sans retour.

Ma recherche a pris fin et, dans sa force, je peux dire aujourd'hui : « Je considère tout comme une perte à cause de la valeur suprême de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur » (Phil. 3 : 8).

Qu'en pensez-vous?

Si le petit Saint-Nic s'est approché de vous après avoir dirigé le culte ou prêché un dimanche, ou pendant que vous dirigez des voitures sur le parking, empilez des chaises après l'étude biblique ou changez les diapositives pour le prochain chant de culte, et vous demande Cela vous rend-il heureux ? votre réponse ressemblerait-elle à la jeune femme du VeggieTales film? C'est peut-être ce qui sortirait de ta bouche, mais serait-ce vrai ? Ou peut-être que votre vraie réponse ressemblerait à :

Mon ministère me rend heureux. J'aime l'affirmation et les applaudissements des gens. Cela me motive à continuer à travailler dur pour les « servir ».

ou

Cela me rend heureux. Cela me fait me sentir bien dans ma peau quand je me déverse dans les autres.

ou

Cela apporte un sourire au visage de Dieu quand je le sers de cette façon.

Peut-être que vous êtes encore sur ce bateau aujourd'hui. Vous recherchez ce prochain coup pour soulager votre cœur agité. Peut-être que vous êtes comme moi et que vous avez juste besoin d'être rappelé beaucoup.

Rien ne se compare

L'évangile est si libérateur. Surtout pour nous, les créatifs, qui avons une forte tendance à trouver notre identité dans ce que nous faisons et non dans qui nous sommes ou à qui nous appartenons. Cela nous servirait bien de prendre un peu de temps chaque matin avant que la folie ne commence à penser à ces choses. Pour entrer dans la Parole de Dieu et nous rappeler notre récompense. Se souvenir qu'aujourd'hui notre « chair peut manquer, et notre cœur peut manquer, mais Dieu est la force de nos cœurs et notre part pour toujours » (Ps. 73:26). Voir le beau sourire de Dieu—non pas à cause de notre service parfait, à cause de son sacrifice parfait (2 Cor. 5:21). Demander quotidiennement la « force de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur, et de connaître l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance, afin que [nous] soyons remplis de toute la plénitude de Dieu » ( Éph 3:19).

Qu'y a-t-il d'autre, mes amis ? Que peut nous donner l'homme ? Que peut nous prendre l'homme ? Qu'est-ce que l'homme peut même nous offrir qui détournerait nos yeux de ce prix que nous avons en Jésus ?

À quoi peut tenir une bougie :

Élu avant la fondation du monde !
Béni de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes !
Prédestinés à être adoptés comme fils par Jésus-Christ !
Rédemption par son sang !
Pardon de tous nos péchés !
La grâce nous a été prodiguée !
Le mystère de sa volonté dévoilé !
Paix de Dieu notre Père !

Et ce ne sont là que quelques éléments des neuf premiers versets d'Éphésiens.

Comment pourrions-nous lancer nos voiles à la poursuite d'autres amours ? Qu'est-ce qui pourrait l'emporter sur les richesses que nous avons en Christ ?

Même si la réponse est, bien sûr, rien , je me réveillerai demain matin sur un bateau. Sentir le poids de mon péché. Entendre la voix groggy du vieil homme. Sentir ma propension à errer. Sentant cette guerre égoïste et auto-exaltante au plus profond de mes membres, jusqu'à ce que par la puissance de l'Esprit qui vit en moi, j'amarre mon bateau sur le roc solide de sa Parole et me souvienne encore : Je suis content.

Place pour vous

Nous avons passé les deux dernières années à développer une ressource qui fera exactement cela : quotidiennement rappeler nous de qui il est et de qui nous sommes en lui. Un lieu pour les créatifs, les pasteurs de culte, les musiciens et les auteurs-compositeurs pour être encouragés par la vérité de la Parole de Dieu. Un endroit où vous, en tant que musicien, serez également formé et équipé dans votre métier afin de tirer parti de ces dons pour mieux apporter la gloire au Père.

On l'appelle L'initiative d'adoration . Viens nous rendre visite. Nous serions ravis de vous rencontrer!