Lumière dans les ténèbres

Une bonne nouvelle de grande joie, c'est ce que chantaient les anges. C'est ce que nous avons célébré. La plus grande nouvelle de la plus grande joie, pour tous les peuples : un Sauveur est venu, le Christ Seigneur. Chaque saison de Noël, la joie de cette bonne nouvelle coule à nouveau dans le cœur des croyants et se mêle à l'ensemble actuel des chagrins de ce monde.

C'est une 'synchronisation' récurrente. Chaque chagrin est mis à jour. À la lumière de la joie, les couleurs du chagrin sont d'abord plus sombres et plus profondes.

Cela peut bouleverser nos âmes de voir les juxtapositions de l'histoire biblique : la joie de la naissance d'un enfant entourée de l'agonie de nombreux décès. . . La chanson de Marie faisant écho aux pleurs des mères pour les bébés garçons qu'Hérode a tués. . . plus loin, la naissance de Moïse au milieu des bébés que Pharaon a tués - puis la délivrance d'Egypte et à travers la mer Rouge avec tous ces cadavres petits et grands laissés derrière. De nos jours, nous connaissons la joie des naissances parmi la famille et les amis et les personnes célèbres célébrées dans le contexte sombre de tous ces bébés extraits d'utérus chauds et sûrs et tués, par millions. Des mises à jour incessantes ajoutent des ombres plus profondes au paysage, car nos fêtes de famille sont éclairées en partie par des flashs d'informations sur des familles entières massacrées, des membres de la famille d'autres personnes décapités, des écoles entières d'enfants kidnappés, maltraités ou assassinés, des hommes et des garçons qui tirent les uns les autres dans les villes où nous vivons.



La joie fait ressortir le chagrin. C'est sûrement censé être; nous ne devons pas laisser passer le chagrin et le brisement sans une reconnaissance féroce. J'ai un frère, une sœur aînée, qui pendant des années a pris beaucoup de plaisir à former et à diriger des chorales d'enfants dans son église, surtout à Noël. Cette année, alors que les chœurs chantaient, elle s'est assise tranquillement avec son déambulateur, à côté de son mari qui prend soin d'elle avec amour alors qu'elle souffre des effets dégénératifs d'une maladie cérébrale rare. Mon image de la célébration joyeuse de cette saison comprend cette partie douloureuse de la scène - et le chagrin de celle-ci semble accentué par les chants joyeux qui tournent autour de ma sœur dans cette église.

Toutes sortes de peines et de morts, publiques et privées, sont exposées par la joie. Vous qui lisez, vous savez. Toi qui as perdu ton être cher. Toi qui as perdu ton bébé. Vous avec des rêves différés. Vous dont le conjoint a rompu les vœux du mariage. Vous qui êtes pris dans le péché que vous détestez et dont vous ne semblez pas pouvoir vous libérer. Nous le savons tous, d'une manière ou d'une autre.

C'est pourquoi Jésus est venu : pour briller dans les ténèbres. Ce monde est assombri par le péché et le chagrin depuis la chute. Nous ne devons pas fermer les yeux et prétendre que c'est léger, ou supposer que nous pouvons le rendre léger. La joie entre et le chagrin se soulève pour la rencontrer. La lumière entre – la lumière de la vie – et la mort est exposée.

Mais ce n'est pas tout. Bien sûr, ce n'est pas tout. 'La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas vaincue' (Jean 1:5). Non, la lumière surmonte l'obscurité. La joie ne fait pas qu'exposer le chagrin; il le transperce. C'est la bonne nouvelle d'une grande joie : le Sauveur du monde est venu apporter la lumière de la vie, et sa lumière dissipera à jamais toutes les ténèbres.

Comment Jésus a-t-il transpercé le péché et le chagrin ? C'est ce que nous avons besoin de savoir, de penser, pour souffrir la mort tout autour de nous maintenant sur le chemin de la vie et de la lumière. Comment? Jésus a pris notre péché et notre douleur, homme de douleur qu'il était, et il a été transpercé lui-même, sur la croix, à notre place. Lumière du monde tuée par les ténèbres.

C'est ce piercing qui a percé le péché, le chagrin et la mort, finalement et fatalement, parce que la lumière du monde ne pouvait être surmontée. Les restes de la mort et des ténèbres tout autour de nous sont les violentes affres de la mort, une torsion pendant juste un petit moment jusqu'à ce que la pleine lumière du Sauveur ressuscité apparaisse et bannisse toutes les ténèbres définitivement et pour toujours. Ce sera la dernière mise à jour. Le sort de la mort elle-même est écrit : elle sera jetée avec Satan dans l'étang de feu pour l'éternité (Apoc. 20 :7-15).

En ce moment, surtout avec la lumière de Noël qui brille toujours, la joie montre les couleurs sombres et profondes du chagrin. Ne fermons pas les yeux; regardons profondément et souffrons profondément, haïssant férocement et luttant contre le péché et la rupture qui ont commencé avec ce serpent en Eden. Et puis regardons le Sauveur et voyons à quel point la lumière est brillante. Continuons à chanter des chants de joie sur la lumière - chantons fort et tous ensemble, afin que nos chants enveloppent toute la douleur présente de l'espoir de la pleine lumière du jour. Allez, les enfants, chantez le Sauveur à tue-tête, et laissez vos chants faire tourbillonner leur joie tout autour de ma sœur qui sait cette joie au fond d'elle. Autour de nous tous.

La lumière est venue et a vaincu. C'est la bonne nouvelle d'une grande joie au milieu de la douleur et de la mort présentes : Jésus est venu, il est mort, il est ressuscité, il règne et il revient.