La séduction du monde et l'esprit d'adoption

'Tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Car vous n'avez pas reçu l'esprit d'esclavage pour retomber dans la crainte, mais vous avez reçu l'esprit d'adoption comme des fils, par qui nous crions : Abba ! Père !’ (Romains 8 :14-15).

Lorsque nous regardons Romains 8 :14-15 à la lumière du contexte complet de Romains 8, nous découvrons que Dieu le Père a envoyé l'Esprit dans nos cœurs pour crier « Abba ! Père!' afin qu'Il puisse intensifier notre désir pour le jour où nous vivrons sur une terre renouvelée comme ses enfants. Si vous y réfléchissez, « Abba ! Père!' est un cri qui pistes à travers le désert de cette vie (Hébreux 3-4) vers le futur quand « la terre sera pleine de la connaissance de l'Éternel comme les eaux couvrent la mer » (Ésaïe 11 :9).

L'une des grandes tentations auxquelles nous sommes confrontés chaque jour en tant que chrétiens est de vivre ici et maintenant. Le monde (pas le monde matériel mais le 'système mondial' comme Jean en parle dans 1 Jean 2 : 15-17) est une séductrice.



Toute l'énergie du monde est consacrée à nous séduire en pensant que ce que nous pouvons voir et toucher maintenant est ultime. Elle veut que nous vivions sans l'éternité en vue, que nous prenions chaque jour des décisions sans référence à l'avenir glorieux que Dieu réserve à sa création. Si le monde peut nous faire nous sentir satisfaits de poursuivre la 'bonne vie' ici et maintenant, c'est satisfait (au moins pendant quelques secondes). Pour emprunter à C.S. Lewis, le monde nous séduit trop souvent en pensant que nous profitons maintenant de nos « vacances à la mer ».

Le monde séduit. Nous oublions.

Dans Romains 8, le « Abba ! Père!' cri (Romains 8:15) est entouré d'une forte imagerie de l'Exode. La délivrance par Dieu d'Israël de la servitude égyptienne est l'histoire qui fait écho derrière la grande histoire de Romains 8. Nous trouvons des preuves de ce fait tout au long du chapitre : « vous libérer » (v. 2) ; 'conduit par l'Esprit de Dieu' (v. 14 ; voir Exode 13:21) ; « l'esprit d'esclavage » (v. 15) ; « soumis à la futilité » (v. 20) ; « sera libéré » (v. 21) ; « servitude à la corruption » (v. 21) ; « obtenir la liberté » (v. 21) ; 'gémissant ensemble' (v. 22 ; voir Exode 2:23) ; «rédemption» (v. 23); et 'premier-né' (v. 29 ; voir Exode 4:22).

Si vous vous souvenez, l'une des grandes luttes d'Israël après que Dieu les a délivrés d'Égypte a été la tentation de retourner en Égypte. Oui, la délivrance de Dieu leur a ouvert un tout nouveau monde et un avenir (c'est-à-dire l'opportunité de profiter d'être les enfants de Dieu dans la Terre Promise, une sorte de deuxième Eden ), mais l'Égypte était le seul 'monde' qu'ils connaissaient.

Aussi grande que Dieu ait dit que la Terre Promise était, c'était encore une denrée inconnue en ce qui les concernait. Arriver à ce second Éden exigeait qu'ils continuent à croire et à suivre le Dieu qui les a délivrés ; et pour les gens qui ont tendance à oublier les grandes actions de Dieu (Psaume 106:21), croire n'est pas facile, surtout quand il s'agit de vaincre des géants . Ainsi, alors que l'Égypte s'efforçait de séduire Israël avec sa promesse de familiarité et de prévisibilité, le peuple a oublié à plusieurs reprises Dieu leur Sauveur — le Dieu qui les a délivrés des « puissants » Égyptiens. C'est une combinaison dangereuse.

Alors qu'est-ce que Dieu a fait? Il a gracieusement continué à les conduire 'le jour dans une colonne de nuée pour les conduire le long du chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils puissent voyager de jour comme de nuit' (Exode 13:21). ). Ce pilier leur rappelait non seulement quotidiennement que Dieu les avait rachetés de la servitude égyptienne avec son bras tendu , il les a également conduits vers le pays de leur héritage comme fils premier-né de Dieu, le deuxième Éden. La colonne de nuée le jour et la colonne de feu la nuit éloignèrent Israël de la séduction de l'Égypte vers l'avenir glorieux que Dieu avait préparé pour eux.

Pleurer vers le futur

Comme je l'ai mentionné plus tôt, le 'Abba ! Père!' le cri de Romains 8 : 15 est entouré d'une forte imagerie de l'Exode. La délivrance par Dieu d'Israël de la servitude égyptienne est l'histoire qui fait écho derrière la grande histoire de Romains 8.

Tout comme Dieu a conduit Israël, son fils d'adoption , dans l'avenir qu'il leur avait préparé, par l'Esprit d'adoption il nous conduit maintenant, ses fils par adoption, dans notre héritage promis (Romains 8:14-15). Quand nous crions par l'Esprit d'adoption : « Abba ! Père !', nous montrons que nous gémissons en attendant le jour où 'la terre sera pleine de la connaissance de l'Éternel, comme les eaux couvrent la mer' (Isaïe 11:9).

Comme l'écrit Paul dans Romains 8:23, nous 'qui avons les prémices de l'Esprit, cultivés intérieurement alors que nous attendons avec impatience l'adoption en tant que fils , la rédemption de nos corps. Par l'Esprit d'adoption, Dieu nous conduit à désirer de plus en plus le jour où la terre entière deviendra notre maison heureuse, dont nous jouirons avec Dieu notre Père et notre frère aîné, Jésus. Paul appelle ce grand jour notre adoption !

Soyez encouragé : la présence du « Abba ! Père!' pleurer dans nos cœurs est la preuve que nous commençons réellement à imaginer 'ce que signifie l'offre de vacances à la mer'. Nous apprenons ne pas être facilement satisfait.