Est-ce que votre ministère auprès des jeunes se moque de l'épouse du Christ ?

Beaucoup d'encre a coulé et beaucoup de mots ont été dactylographiés sur les approches superficielles de la pastorale des jeunes et leurs effets néfastes sur l'engagement des jeunes avec le Christ et l'église locale alors qu'ils entrent dans l'âge adulte. Il y a des critiques précieuses; J'en ai publié plusieurs. Les pasteurs, les directeurs et les travailleurs de la jeunesse doivent être constamment rappelés à l'accent sur un ministère substantiel, biblique et centré sur l'évangile auprès des jeunes, afin qu'ils ne deviennent pas la proie de la lueur d'un ministère de la jeunesse florissant et amusant qui ne contribuer au fruit durable du royaume.

Une réaction forte et drastique contre le ministère des jeunes, par certains, a été de l'éliminer complètement – ​​d'intégrer entièrement les jeunes générations de croyants dans la vie de l'église. Il y a un mandat dans ce mouvement. . . quand ça marche vraiment. Le problème est que cela peut parfois couper une saison clé du ministère à la fois pour les étudiants et les dirigeants, un temps que Dieu peut utiliser de manière puissante dans le développement spirituel et la croissance relationnelle dans la communauté chrétienne.

Tenir l'équilibre

L''équilibre' que je veux réclamer dans le ministère des jeunes aujourd'hui continue de marcher sur une ligne prudente entre le ministère des jeunes de 'divertissement' (le type superficiel qui gravite vers l'attraction plutôt que la substance biblique) et l'élimination du ministère des jeunes (le mouvement qui fournit pas de communauté centrée sur l'âge pour l'enseignement biblique, la formation et la formation de disciples au sein de l'église locale). C'est un équilibre qui identifie une question clé légèrement différente de celle qui est souvent posée : devrions-nous faire du ministère auprès des jeunes ? Voici la question que je proposerais de poser à la place : ce ministère auprès des jeunes contribue-t-il au développement de membres, de serviteurs et de dirigeants à vie dans l'église locale ?



Dans les contextes d'église où j'ai servi, ce sont les étudiants qui se sont connectés de manière significative avec le corps de l'église locale au sens large au cours de leurs années de collège et de lycée qui ont mûri et se sont profondément impliqués dans les églises locales pendant l'université et au-delà. Beaucoup d'entre eux ont participé à des ministères de jeunesse dynamiques remplis d'événements et d'activités amusants, mais ils ont été des groupes dirigés par des pasteurs de jeunesse qui ont intentionnellement travaillé à faire grandir la foi des étudiants au Seigneur Jésus-Christ, une foi qui sera vécue, construite et renforcés tout au long de leur vie dans le contexte d'églises locales bibliquement solides et centrées sur l'Évangile. Si les pasteurs de la jeunesse ne préparent pas les étudiants à ce genre d'avenir pour leur foi, ils ne font pas leur travail.

Donc, avec ce type de mesure d'évaluation pour le ministère de la jeunesse à l'esprit, je veux proposer quelques questions «diagnostiques» que j'encouragerais les pasteurs et les dirigeants d'église à poser aux ministères de la jeunesse dont ils s'occupent. David Plant, Cameron Cole et moi espérons développer ces questions plus en détail lors de notre atelier à Orlando en avril lors de la conférence nationale de la Coalition Gospel .

Questions diagnostiques pour les pasteurs de la jeunesse

Notre ministère est-il en concurrence de quelque manière que ce soit avec la priorité du culte collectif pour les étudiants ? Nous pourrions considérer, par exemple, comment notre désir d'avoir un enseignement pertinent et adapté à l'âge de nos jeunes pourrait parfois les empêcher d'être mis au défi de commencer à s'engager dans une prédication explicative, même pendant leur jeune adolescence. Cette question diagnostique pourrait nous obliger à évaluer également les choix et les styles musicaux, à la fois dans le contexte du groupe de jeunes et dans le contexte du culte collectif.

Nos jeunes leaders encouragent-ils intentionnellement les relations intergénérationnelles pour les étudiants ? Une partie du rôle du leader de la jeunesse est de faire du discipolat, évidemment. Mais il est parfois tout aussi précieux pour un dirigeant de jeunesse dans la vingtaine d'encourager un lycéen, par exemple, à rencontrer régulièrement un dirigeant plus âgé dans l'église pour la prière, l'encouragement, l'étude biblique et de sages conseils. Les leaders de la jeunesse pourraient envisager de donner l'exemple à leurs étudiants par leur propre engagement avec la génération plus âgée dans l'église.

Notre ministère soutient-il ou concurrence-t-il généralement le travail de disciple des parents pieux dans notre congrégation ? Notre cœur est-il vraiment de soutenir le travail centré sur l'Évangile des parents à la maison, ou apprécions-nous secrètement d'être la contrepartie amusante des parents, alors que les élèves se plaignent des règles strictes et des malentendus dans la discipline ? Souvent, nous pouvons commencer à évaluer l'état de notre ministère à cet égard en examinant attentivement notre communication, notre transparence et notre engagement relationnel avec les parents de nos élèves.

Les étudiants sont-ils encouragés à choisir entre l'implication/le leadership dans le ministère des jeunes et le service dans d'autres domaines de l'église locale ? Surtout dans les grandes églises, cela peut devenir un problème, car la participation à une équipe de direction de groupe de jeunes peut devenir très consommatrice. Les leaders de la jeunesse devraient chercher des moyens de permettre - et même d'encourager - les étudiants à servir dans le corps plus large de l'église ainsi que dans le contexte du groupe de jeunes. Ils ne devraient pas avoir à choisir.

La pastorale des jeunes entrave-t-elle, de quelque manière que ce soit, la préparation des jeunes hommes et femmes à s'engager dans des contextes ecclésiaux locaux en tant que chrétiens adultes ? C'est une grande question, mais que nous devrions constamment nous poser. Nos réponses conduiront probablement à des ajustements constants de nos approches du ministère auprès des jeunes, alors que nous considérons dans la prière comment notre ministère peut contribuer aux amoureux et serviteurs du corps de Christ tout au long de la vie dans les églises locales du monde entier.

Posons les questions difficiles de nos ministères de jeunesse, pour la gloire de Dieu et le bien de son église.