Dans l'humilité, comptez d'autres ministères plus importants que le vôtre

Quels sont vos objectifs pour la nouvelle année ? Nous réévaluons souvent nos priorités et nos engagements en janvier. Nous décidons comment et où passer notre temps dans les mois à venir. Nous pouvons nous engager à un nouveau niveau d'implication dans un ministère particulier. Et parfois, dans notre enthousiasme, nous devenons trop zélés pour que les autres s'engagent dans la même cause.

« Dieu fait des choses tellement incroyables dans ce ministère. Je souhaite juste que plus de gens embarquent. En tant qu'épouse de pasteur depuis 16 ans, j'ai eu cette conversation à plus d'une occasion.

Je comprends le sentiment. Je suis passionnée par les études bibliques féminines et j'ai été impliquée dans divers groupes au fil des ans. Parfois, je suis frustrée ou découragée, me demandant pourquoi toutes les femmes de l'église ne sont pas passionnées par ce que je trouve être une telle bénédiction.



En ce qui concerne les ministères que nous aimons, il est facile d'avoir une vision étroite. Nous pensons que notre ministère devrait être inondé de bénévoles et avoir un budget d'église généreux. Nous nous demandons pourquoi les autres ne sont pas aussi enthousiasmés par notre ministère et pourquoi ils ne sont pas disposés à investir autant de temps et d'énergie que nous.

Parfois, le domaine qui nous passionne nécessite des capacités ou une disponibilité particulières. Par exemple, une personne aux prises avec une maladie chronique ne peut pas reconstruire des maisons ou servir des repas aux sans-abri chaque semaine. L'homme qui vient de perdre son emploi n'a pas les moyens d'acheter du café équitable pour favoriser l'adoption. La mère qui travaille ne peut pas assister à une étude biblique du lundi matin.

D'autres fois, nos compagnons croyants ne font pas 'notre' ministère parce qu'ils sont déjà engagés à faire un autre ministère précieux.

Malheureusement, notre déception de ne pas servir comme nous le souhaitons peut conduire au jugement et à l'amertume. J'ai vu des relations s'effondrer et des gens s'éloigner de l'église parce que leur ministère n'a pas reçu l'attention, l'argent ou les bénévoles qu'ils estimaient nécessaires.

Un corps, plusieurs membres

Lorsque nous sommes déçus par les autres dans le ministère, nous trouvons une exhortation pertinente dans Romains 12 : 3 :

Car par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun d'entre vous de ne pas s'estimer plus haut qu'il ne devrait le penser, mais de penser avec un jugement sobre, chacun selon la mesure de foi que Dieu a assignée.

Paul se rend compte que la base de notre frustration est l'orgueil. Notre hypothèse négative selon laquelle les autres ne sont pas aussi investis dans le royaume de Christ que nous le sommes, ou choisissent de passer leur temps sur des choses moins significatives, est enracinée dans la pensée que notre programme est le plus important.

Au lieu de cela, nous devrions nous réjouir des divers dons et passions dont Dieu nous a bénis dans le corps de Christ :

Car comme dans un seul corps nous avons plusieurs membres, et que les membres n'ont pas tous la même fonction, de même nous, quoique nombreux, sommes un seul corps en Christ, et individuellement membres d'un autre. Ayant des dons qui diffèrent selon la grâce qui nous est donnée, utilisons-les. (Rom. 12:4-6)

Dieu nous accorde différents dons qui sont nécessaires dans le corps de Christ. Ce qui manque à une personne, une autre l'a. Et sans l'un ou l'autre, l'église ne serait pas complète.

De la même manière, les passions que Dieu nous a données pour les ministères seront différentes. Alors qu'une personne est enthousiasmée par l'évangélisation de rue et la mobilisation des autres pour partager sa foi, une autre personne peut tranquillement servir en visitant les malades ou les personnes âgées.

Ministère du bien commun

Avec cette compréhension, voici cinq façons de libérer les autres du fardeau de nos attentes :

  1. Rappelez-vous que nous sommes tous investis dans le ministère le plus important de l'église, qui est de glorifier Dieu et de jouir de lui pour toujours. Dans nos ministères quotidiens et en particulier dans notre culte collectif, nous participons ensemble à notre appel le plus élevé. Nos ministères ne sont pas en concurrence les uns avec les autres mais servent le même objectif final.
  2. Soyez reconnaissant pour la variété des dons dans le corps de Christ. Au lieu de vous lamenter sur le fait que plus de personnes ne servent pas dans votre domaine de ministère, soyez reconnaissant pour la multitude de façons dont Dieu utilise son peuple pour servir les autres.
  3. Reconnaissez que le corps de Christ serait incomplet sans les divers dons et ministères des personnes au sein de l'église. « Car le corps n'est pas composé d'un seul membre mais de plusieurs. . . . Si tout le corps était un œil, où serait l'ouïe ? Si tout le corps était une oreille, où serait l'odorat ? (1 Cor. 12:14, 18).
  4. Confessez toute pensée de jugement. Repentez-vous et demandez à Dieu de vous aider à accorder sa grâce et sa gentillesse à ceux qui ont des priorités différentes.
  5. Libérez les autres pour qu'ils servent. Soyez enthousiasmé par l'apparition de nouveaux ministères au sein de votre corps d'église. Venez aux côtés des autres dans la prière et les encouragements pour ce que Dieu leur a donné à faire. Libérez-les des attentes que vous pourriez avoir sur leur temps et leur énergie afin qu'ils puissent se concentrer librement sur leur propre appel.

Nos dons et nos appels uniques sont une façon de travailler ensemble pour le « bien commun » (1 Cor. 12 : 7). Au lieu de nous concentrer sur ce que nous aimerions que les autres fassent, poursuivons de tout cœur le plan de Dieu pour nous et libérons les autres pour qu’ils fassent de même.