Connaissez vos droits en tant que chrétien dans une école publique

Note de l'éditeur:

Les informations contenues dans ce document sont de nature générale et ne sont pas destinées à fournir ou à remplacer une analyse juridique, un avis juridique ou une consultation avec un conseiller juridique approprié. Vous ne devez pas agir ou vous fier aux informations contenues dans ce document sans demander l'avis d'un professionnel approprié. Contactez Alliance Defending Freedom pour toute question en visitant www.ADFLegal.org ou en composant le 1-800-835-5233.

Alors que l'année scolaire commence, de nombreux parents, élèves, enseignants et entraîneurs se posent des questions sur ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire légalement en ce qui concerne leur foi chrétienne. Alliance défendant la liberté (ADF), une organisation à but non lucratif qui défend la liberté religieuse des chrétiens, a compilé une collection utile de conseils sur nos droits protégés par la Constitution. Vous trouverez ci-dessous des informations relatives à K-12 tirées directement de diverses ressources produites par ADF. La semaine prochaine, nous publierons plus d'informations concernant spécifiquement les étudiants.

Droits de l'élève et des parents

Votre enfant a le droit de prier à l'école, de parler de Dieu dans les devoirs de classe, de créer un club religieux sur le campus qui reçoit les mêmes droits et ressources que les autres clubs et de partager librement sa foi avec les autres.



En tant que parent, vous avez le droit de :

  • Excluez vos enfants d'un programme qui les obligerait à violer les croyances religieuses de votre famille.
  • Selon l'endroit où vous vivez, retirez vos enfants d'un programme qui les obligerait à violer les croyances religieuses de votre famille.
  • Selon l'endroit où vous vivez, passez en revue le programme et le matériel pédagogique de l'un des cours de votre enfant.
  • Interdire votre enfant à toute activité parascolaire.
  • Selon l'endroit où vous vivez, soyez averti si votre enfant est inscrit à un cours qui comprend l'éducation sexuelle, la planification familiale, les thèmes homosexuels, les problèmes de diversité ou la violence extrême.
  • Accédez au dossier de votre enfant, y compris les notes, les mesures disciplinaires et les procédures de conseil.
  • Retirez votre enfant les jours d'observance religieuse.
  • Selon l'endroit où vous vivez, recevez les mêmes crédits d'impôt et bons pour fréquenter des écoles religieuses qui sont également disponibles pour fréquenter des écoles non religieuses.
  • Choisissez l'environnement scolaire qui correspond le mieux aux besoins de votre enfant, qu'il s'agisse d'une école publique, d'une école à charte, d'une école privée ou d'une école à la maison.

Droits des enseignants et des entraîneurs

Les enseignants et les entraîneurs ont le droit de :

1. S'engager dans des activités religieuses en dehors des heures de cours . Par exemple, les enseignants peuvent former des groupes d'étude biblique après l'école, participer à des groupes de prière avec d'autres adultes et distribuer de la littérature à d'autres adultes pour des activités non scolaires aux mêmes conditions que tous les autres événements et activités.

deux. Fournir des instructions liées à la religion dans le cadre du programme . Par exemple, les enseignants peuvent utiliser les informations religieuses de manière objective et enseigner la Bible pour sa valeur historique, culturelle ou littéraire.

3. Avoir une certaine implication dans des clubs religieux . Par exemple, les enseignants peuvent autoriser les élèves et les athlètes à diriger la prière, mais ne peuvent pas la diriger eux-mêmes ; échanger des idées religieuses ou même avoir des réunions de prière entre eux, à condition que les étudiants ne soient pas présents ; et agir en tant que parrain de la faculté si toutes les activités sont dirigées par des étudiants et que l'enseignant ou l'entraîneur n'est là que pour superviser.

Vêtements religieux

Les étudiants ont le droit d'exprimer leur foi à travers ce qu'ils portent, comme un T-shirt pro-vie ou une croix. Les écoles peuvent imposer certaines restrictions sur ce que les élèves peuvent porter, mais elles ne peuvent pas distinguer les vêtements religieux. Les élèves peuvent porter des chemises, des pantalons, des colliers, des bracelets et d'autres vêtements qui affichent un symbole religieux (c'est-à-dire une croix) ou un message religieux (y compris un verset biblique) tant qu'ils respectent le code vestimentaire de l'école.

Les écoles peuvent interdire tout vêtement portant un message qui (1) interfère matériellement et substantiellement avec le fonctionnement de l'école ; (2) est obscène, vulgaire ou objectivement obscène (c'est-à-dire qu'il contient des blasphèmes ou du contenu sexuel) ; ou (3) encourage la violence ou la consommation de drogue.

Les écoles ne peuvent pas interdire des vêtements ou des accessoires parce que leurs messages sont religieux ou contiennent un symbole ou une image religieux, ou parce que d'autres peuvent trouver leur message, symbole ou image religieux offensant.

La loi est cependant moins claire sur : (1) les vêtements « religieux » ou « prosélytes » ; (2) des vêtements 'offensants', 'irrespectueux' ou limités par d'autres critères subjectifs ; et (3) 'promouvoir la supériorité' d'un ensemble de croyances sur tout autre.

Expression religieuse

Étant donné le rôle central que joue la religion dans la vie de nombreux élèves, il est naturel qu'ils souhaitent exprimer leurs points de vue religieux dans les discussions et les devoirs en classe. Les élèves peuvent exprimer leurs croyances religieuses dans les discussions en classe, les devoirs, les projets, les œuvres d'art et tous les autres devoirs scolaires, à condition que cela soit pertinent et réponde aux exigences du devoir.

Les écoles ne peuvent pas interdire, punir ou donner une note inférieure à un élève qui inclut des points de vue religieux dans un devoir de classe.

Faites attention aux instructions de devoir restreignant la discussion sur les croyances religieuses, les personnalités religieuses ou les passages bibliques, et aux responsables de l'école disant aux élèves qu'ils ne peuvent pas faire référence à la religion dans un devoir ou inclure des images religieuses dans des images ou des illustrations.

Prière

De nombreuses écoles ont dit aux élèves qu'ils ne pouvaient pas prier autour du mât avant l'école ou dire une bénédiction sur leur nourriture à la cafétéria. Mais le premier amendement protège toutes les formes d'expression religieuse, y compris la prière à l'école. Vos enfants ont le droit de prier seuls ou en groupe pendant les périodes non scolaires à l'école tant que cela ne perturbe pas de manière significative l'activité scolaire.

Les élèves peuvent également s'engager dans une prière initiée par les élèves et dirigée par les élèves avant ou après les entraînements, les événements sportifs ou d'autres activités scolaires tant que ces prières sont volontaires et non requises par les entraîneurs ou d'autres responsables de l'école.

Les écoles ne peuvent pas empêcher les élèves de prier individuellement ou en groupe sans preuve que les prières perturberaient considérablement l'environnement scolaire (par exemple, retarder un élève en classe). Ils ne peuvent pas non plus exiger des étudiants qu'ils participent à la prière ou à toute autre activité religieuse.

Méfiez-vous des politiques qui interdisent la prière, le prosélytisme ou toute autre activité religieuse à l'école ou lors d'événements parrainés par l'école, et des enseignants ou entraîneurs qui empêchent les élèves de prier pendant les repas ou avant ou après les jeux, les entraînements ou d'autres événements scolaires.

Remise des diplômes et événements sportifs

Les étudiants honorés de prendre la parole lors de l'obtention de leur diplôme sont encouragés à réfléchir sur leur temps à l'école et à reconnaître ceux qui ont influencé leur vie. De nombreux étudiants chrétiens veulent à juste titre reconnaître l'œuvre de Dieu dans ces discours ou même offrir une courte prière. Lorsqu'une école suit les directives ci-dessous, les tribunaux ont conclu que le premier amendement protège le droit des étudiants religieux d'exprimer leur foi lors de tels événements. Les écoles peuvent désigner un moment à la remise des diplômes, aux événements sportifs ou à d'autres événements scolaires pour que les étudiants parlent d'une question de leur choix tant que (1) des critères neutres sont utilisés pour sélectionner l'orateur étudiant (c'est-à-dire, major de promotion, président de classe ou sélectionnés au hasard parmi une liste d'élèves éligibles), et (2) aucun membre du personnel de l'école n'est impliqué dans le discours ou ne l'examine.

Les écoles ne peuvent pas désigner un moment spécifiquement pour la prière, ni demander à un élève d'offrir une prière lors de la remise des diplômes ou de tout autre événement parrainé par l'école.

Les élèves peuvent exprimer un point de vue religieux (comme réciter un verset biblique, décrire comment leur foi chrétienne les a influencés ou offrir une prière de bénédiction) lorsqu'ils sont choisis pour prendre la parole lors d'une cérémonie de remise des diplômes ou de tout autre événement ou activité scolaire sur un sujet de leur choix. .

Distribution/Affichage de la documentation

La Cour suprême des États-Unis a depuis longtemps reconnu que le premier amendement protège non seulement la parole, mais également la distribution de littérature, de brochures et d'autres documents écrits. Ces documents offrent aux étudiants chrétiens un moyen efficace et non intrusif de partager leur foi ou leurs croyances pro-vie avec leurs camarades de classe. Les élèves peuvent distribuer de la littérature religieuse avant et après l'école, entre les cours, et pendant le déjeuner et la récréation à moins que la distribution n'interfère considérablement avec l'activité de l'école. Ils ont également le droit d'afficher des dépliants religieux sur les murs ou dans d'autres endroits désignés si les étudiants ont le droit d'afficher d'autres contenus non religieux aux mêmes endroits.

Les écoles peuvent imposer des limites raisonnables à la distribution de la littérature, telles que le moment, le lieu et le mode de distribution, mais ces limites ne peuvent pas être si restrictives qu'elles interdiraient effectivement la distribution de la littérature par les élèves.

Les écoles ne peuvent pas complètement interdire la distribution de littérature par les élèves, interdire les documents écrits parce qu'ils sont religieux ou prosélytes, ou adopter des politiques qui donnent aux responsables scolaires la possibilité d'interdire les documents qu'ils jugent subjectivement 'offensants' ou 'incompatibles avec la mission éducative de l'école'.

Clubs

Les élèves peuvent trouver force et refuge lorsqu'ils s'unissent pour former des clubs religieux à l'école. Le premier amendement et la loi sur l'égalité d'accès protègent le droit des élèves de former des clubs religieux à l'école et de recevoir les mêmes avantages accordés aux autres clubs non scolaires. Les étudiants ont le droit de former des clubs religieux et de se rencontrer sur le campus si l'école autorise d'autres clubs non scolaires (tels qu'un club clé ou des étudiants contre les décisions destructrices). Ils ont un accès égal à toutes les installations, ressources et équipements scolaires disponibles pour les autres clubs non scolaires et sont autorisés à promouvoir leurs événements et activités de la même manière que les autres clubs non scolaires sont autorisés.

Les étudiants peuvent également inviter des conférenciers extérieurs à assister et à présenter à leurs réunions dans la même mesure que d'autres clubs non scolaires sont autorisés, et conditionner les postes de membre et de leadership sur la base de valeurs partagées dans la même mesure que d'autres groupes.

Les écoles ne peuvent pas refuser la reconnaissance à un club parce qu'il est religieux ou refuser à un club l'un des avantages ou privilèges accordés à d'autres clubs non scolaires. Ils ne peuvent pas non plus forcer un club religieux à inclure ceux qui ne partagent pas les valeurs du groupe, à moins qu'ils n'exigent que tous les groupes soient ouverts dans le cadre d'une politique 'tous les arrivants'.

communauté religieuse

En tant que service à la communauté, de nombreuses écoles permettent aux organismes communautaires de distribuer du matériel d'information aux élèves et aux parents concernant les services et les activités qu'ils offrent, et d'utiliser les installations scolaires pour leurs réunions et activités. Les groupes religieux et les églises ont le droit du premier amendement d'utiliser ces mêmes méthodes pour communiquer leur message au public. Si une école autorise les groupes communautaires à distribuer des dépliants et de la littérature aux élèves, les groupes communautaires religieux peuvent distribuer des documents écrits dans les mêmes conditions (par exemple, par le biais d'un programme de dépliants à emporter, du site Web de l'école ou d'un présentoir à littérature).

Les groupes communautaires religieux peuvent également utiliser les installations pour des réunions, des services de culte, des clubs d'étudiants et d'autres activités si une école autorise les groupes communautaires à utiliser les installations scolaires avant ou après l'école pour des réunions ou des événements.

Les écoles ne peuvent pas interdire aux églises de distribuer des dépliants faisant la promotion d'événements parrainés par l'église tout en permettant aux groupes communautaires non religieux de promouvoir leurs activités auprès des élèves, ni interdire aux groupes communautaires religieux d'utiliser les installations scolaires pour leurs activités s'ils ont ouvert leurs installations à groupes non religieux.