Apporter le Christ aux naufragés

  https://www.flickr.com/photos/papjeff/

Il a été maudit avant même de sortir du ventre de sa mère.

Maxwell Blay a grandi au Ghana en tant que paria de sa tribu, stigmatisé comme impur du fait qu'il est le dixième né de sa mère. La malédiction Bulu l'a marqué ainsi que tous ceux qui l'entouraient. Pourtant, il n'avait pas été avorté avant sa naissance - le destin de son espèce - ni tué ou abandonné dans la jungle. Au lieu de cela, ses parents ont choisi de le garder, même face à la condamnation. Sa mère, renforcée par sa foi chrétienne, plaça sa confiance dans le Seigneur en leur envoyant Maxwell.



La croyance en Bulu ou Badu, le nom ghanéen signifiant dixième enfant, provient du folklore tribal sombre dans les régions reculées du pays et marque les gens comme maudits. Cette même superstition s'applique aux soi-disant « enfants spirituels », ceux qui sont nés handicapés ou malades, ou dont les mères meurent en couches.

Bien qu'aucune statistique officielle n'existe, on pense que des milliers de bébés ont été mis à mort. D'innombrables autres sont maltraités, exploités ou abandonnés.

Atteindre les plus pauvres

Maxwell, dont la femme, Joana, est également la dixième née de sa famille, porte un lourd fardeau pour les naufragés. Grâce à la providence miraculeuse de Dieu, il est devenu fondateur et président de la Ransom Foundation, une organisation caritative chrétienne indigène. En 2007, il s'est associé au Réseau Mercy du Fonds contre la faim pour les enfants (CHF) pour venir en aide aux personnes en grande pauvreté.

Steve Doucette, directeur du développement du ministère pour l'hémisphère oriental de la CHF, dit que ces enfants grandissent « en ressentant les effets d'une tradition transmise et toute la douleur qui y est associée. Dieu avait un plan pour leur vie. Maxwell et les églises du Mercy Network atteignent les plus pauvres parmi les pauvres et les exclus de la société.
Près d'un tiers de la population du Ghana vit dans la pauvreté, sans accès à l'éducation, à des repas réguliers ou à de l'eau potable. La CHF aide les enfants souffrants en équipant les églises locales pour un ministère de miséricorde centré sur l'évangile. Leur réseau dessert 15 églises et 350 familles dans les zones rurales de ce pays, où sa mission première est de former des pasteurs locaux.

De la récupération au service

Selon Operation World, les jeunes sont essentiels aux efforts visant à apporter un renouveau au Ghana. Plus de 40 pour cent de la population a moins de 15 ans. Atteindre les jeunes avec l'Evangile ouvre une porte aux familles d'une manière que peu d'autres peuvent faire.

Des millions d'enfants ghanéens grandissent dans l'extrême pauvreté, fouillant pieds nus dans des décharges pour se nourrir, ou se couchant sans manger, après avoir travaillé dur pendant des heures. Maxwell dit qu'ils vivent dans un état de 'désespoir et de peur'. Seth Nyanzu était l'un d'entre eux, mais Dieu l'a sorti de ces circonstances sinistres et l'a conduit à devenir pasteur à l'âge de 18 ans. Il sert dans la vigne du Seigneur dans son village de Bamiakor depuis 20 ans.

Seth était l'un des nombreux pasteurs bénis par les livres et les bibles d'étude fournis en 2013 par The Gospel Coalition-International Outreach (TGC-IO) par le biais de son programme théologique de secours contre la famine.

'Les livres offerts récemment sont les meilleurs (que j'ai reçus) au cours de mes nombreuses années de ministère', dit-il. 'Si j'avais eu cette opportunité d'obtenir cette Bible et cette littérature il y a 20 ans, je n'aurais pas eu le temps d'écouter de nombreux faux enseignants qui inspirent nos émotions.'

Combattre « l'évangile de la prospérité »

Cela a été qualifié de l'une des menaces les plus graves pour la foi sur le continent africain. 'L'évangile de la prospérité' mélange le christianisme avec un occultisme et un matérialisme mortels qui maintiennent les adeptes en esclavage à la fois dans la pauvreté physique et spirituelle.

Alors que les 109 groupes de population du Ghana s'identifient en grande partie comme chrétiens, des millions de personnes ont été trompées par des enseignants colportant l'évangile de la prospérité, qui a d'abord pris pied au Ghana dans les années 1950 et a depuis trouvé un terrain fertile.

Steve Doucette a eu la chance de voir les nombreuses vies qui ont été changées par l'Évangile lors de sa visite en 2013, lorsqu'il a rencontré les partenaires de Mercy Network face à face dans leurs maisons et leurs villages. Il a également vu les luttes auxquelles ils sont confrontés et les victoires qu'ils célèbrent.

Pour les dirigeants du ministère comme Steve et Maxwell, Projets de secours contre la famine TGC-IO donner l'occasion de contrer les faux enseignements. Steve explique : « Le pays est inondé d'enseignements sur la santé, la richesse et la prospérité. . . affectant les pasteurs, ainsi que les masses de gens emportés par les mensonges. Les livres fournis par TGC les aideront à rester ancrés dans la vérité de Dieu.

« Certains de nos pasteurs ont reçu des livres en cadeau pour la toute première fois. Ils ont très faim pour approfondir leur compréhension de la Parole de Dieu. Les gens parviennent à une foi véritable et salvatrice au Ghana malgré les nombreux obstacles. Dieu est plus grand!'

D'autres sources incluent : Agnes Akosua Aidoo, « Child Poverty in Ghana », The African Child Poverty Forum, 2009 ; J. Lee Grady, « 5 façons dont l'Évangile de la prospérité nuit à l'Afrique », Charisma ; et Paul Gifford, Ghana’s New Christianity: Pentecostalism in a Globalizing African Economy, 2004.