Amis du Myanmar : 2e partie

L'État Chin pourrait être le Nazareth de Birmanie . C'est l'État le moins développé, avec le taux de pauvreté le plus élevé du pays. Pourtant, l'Évangile s'écoule de cette région du nord-ouest vers le reste du pays.

Bien que le Myanmar (anciennement Birmanie) soit une nation bouddhiste, l'État Chin, qui borde l'Inde et le Bangladesh, porte le fruit des missionnaires du siècle dernier.

Go Lian, pasteur et directeur de missions dans cet État, dit qu'il a grandi dans une famille chrétienne en raison de l'influence des missionnaires baptistes américains. 'Mes ancêtres étaient des adorateurs d'idoles', dit-il. 'Mes grands-parents sont devenus chrétiens et ont abandonné leur culte des idoles.'



Le pasteur birman dit que sa foi initiale n'était que nominale : « Après que les missionnaires [ont quitté], nous, le peuple Chin, sommes progressivement devenus légalistes. J'ai été strictement enseigné par mes parents à observer la loi morale afin d'obtenir le salut. Je n'ai jamais eu l'assurance et la paix de Dieu dans mon cœur.

Go Lian a reçu l'assurance du salut en 1990, à l'âge de dix-huit ans, lorsqu'un camp Gospel a visité son village. Il a fréquenté une école biblique pendant de nombreuses années et a finalement obtenu une maîtrise en théologie en Inde en 2002. Il est retourné dans sa ville natale de Kalaymyo la même année pour commencer son ministère de pasteur. Trois ans plus tard, il fonde l'organisation des missions intérieures (nom omis). Il travaille actuellement avec cinq autres missionnaires, mais son réseau de ministère plus large comprend plus de 50 pasteurs et évangélistes qui travaillent pour répandre l'évangile à travers le Myanmar.

Go Lian dit que son pays se dirige vers plus de liberté depuis la résurgence de la démocratie en 2010, 'mais nous devons être très prudents lorsque nous partageons l'Evangile, car notre situation politique n'est pas encore totalement changée'.

Dans un pays de contraintes spirituelles et politiques, les missionnaires birmans pouvaient se sentir faibles et insignifiants. Go Lian connaît la réalité des paroles de Jésus dans Luc 10:2 : « La moisson est vraiment grande, mais les ouvriers sont peu nombreux ; priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson » (NKJ). Mais le pasteur n'aurait peut-être jamais deviné que le Seigneur inciterait les croyants de l'autre côté de la terre à aider à faciliter la récolte du Myanmar.

Amis de l'Ouest

Vern Buller à Spokane, Washington a reçu une nouvelle vocation à la retraite : soutenir les pasteurs et les missionnaires à Kalaymyo (voir partie I, novembre 2013). Il a travaillé avec passion et sacrifié financièrement – ​​avec sa femme, Loretta – pour subvenir aux besoins du travail au Myanmar.

Le partenariat de Buller avec TGC-International Outreach (IO) a d'abord abouti à l'impression massive d'un tract évangéliste en birman et en sept dialectes. Le fruit de cet effort – plusieurs centaines de nouveaux croyants – a nécessité des documents de suivi pour ceux qui venaient à la foi.

Plus loin Financement des OI a permis à Go Lian d'imprimer les traductions en birman et en tedim-chin de deux livrets, Pour votre joie et Dans notre joie , tous deux de John Piper. Plus de 5000 exemplaires de chacun ont été mis à la disposition des pasteurs de village à utiliser pour les efforts d'évangélisation et de formation de disciples à travers le Myanmar.

Un pasteur, Dai, vit dans une région bouddhiste, où il y a beaucoup d'opposition à l'Évangile. Il rapporte un puissant ministère de porte à porte, car il partage et distribue les ressources bibliques.

Amis de l'Est

En 2012, TGC-IO a adopté un autre objectif pour le Myanmar :  Un birman traduction et impression de 15 000 exemplaires du nouveau livre de l'auteur à succès Jerry Bridges : Qui suis je? (Presse cruciforme). Le livre de 95 pages utilise les Écritures pour répondre à des questions fondamentales qui aident les chrétiens à acquérir une confiance inébranlable dans la bonne nouvelle de Jésus-Christ en tant que Sauveur.

L'objectif de 14 000 $ nécessaire pour financer ce projet a été rapidement atteint d'une manière inattendue qui a béni les personnes impliquées. Le bénévole d'International Outreach, Terry Maveus, déclare : « Une église en Asie voulait construire l'église au Myanmar en garantissant l'ensemble des neuf chantiers.

Le pasteur Go Lian a rapidement traduit et organisé l'impression de Qui suis je? Il supervise maintenant la distribution du livre à son réseau de pasteurs et d'ouvriers indigènes. Il dit que le livre a aidé les chrétiens de tout son pays à découvrir une nouvelle façon de vivre, « ancrée dans la vérité de la parole [de Dieu] ».

Un autre pasteur de l'État Chin travaille dans un domaine de christianisme nominal. 'Ce qu'ils savent, c'est juste aller à l'église et faire des offrandes, mais ne jamais penser à leur vie spirituelle', dit Ma Na. « Ce livre a été une bénédiction. Nous avons vu de nombreuses vies transformées par la parole de Dieu.

Les pasteurs disent que leur vie est également aidée par la clarté du livre. Un pasteur de dix ans, Kai K., dit Qui suis je? défia sa compréhension du plan de Dieu pour son peuple. Un autre pasteur, Cin, considère maintenant ses œuvres passées comme faites en vain. « Mon changement affecte ma famille et ma communauté », dit-il.

Un exemple pour les autres églises

Go Lian est ravi de voir le Seigneur bénir l'église du Myanmar « avec de nouvelles âmes, partout où le livre est distribué. Des milliers de personnes sont formées à travers Qui suis je? » Il espère publier ce livre dans une version Tedim-Chin.

Les missionnaires du Myanmar ont également besoin de Bibles pour les nouveaux croyants et de plus de copies de toutes les ressources de l'OI pour fournir d'autres travailleurs.

L'équipe de sensibilisation internationale est encouragée par l'exemple du parrainage de l'église asiatique de ce récent effort théologique de secours contre la famine. Ils espèrent que cela inspirera d'autres églises à adopter un projet pour équiper les responsables d'églises dans les régions pauvres du monde.