6 façons dont la Bible a changé ma perspective sur la diversité ethnique

Comme beaucoup de chrétiens, j'ai grandi en pensant que la Bible était une histoire de personnes qui me ressemblaient beaucoup. Cette hypothèse naturelle a été renforcée par ma Bible picturale (avec des peintures de l'époque de la Renaissance représentant des personnages d'apparence européenne), le matériel de l'école du dimanche et des films hollywoodiens comme Les dix Commandements (avec Charlton Heston jouant Moïse). Peut-être avez-vous grandi avec cette même impression.

Cependant, en vieillissant et en commençant à étudier la Bible plus sérieusement, j'ai réalisé que c'était une perspective plutôt naïve et immature. J'ai découvert que le scénario de la Bible reflète une diversité ethnique fascinante. Et cette diversité semble être une partie importante du scénario.

Voici six brèves observations qui ont changé ma compréhension de la diversité ethnique dans la Bible, et donc ma perspective sur la diversité ethnique dans l'église.



1. Tous les gens sont créés à l'image de Dieu

Fait intéressant, la Bible ne commence pas par la création d'une race spéciale de personnes. Dans Genèse 1 et 2, le premier humain est simplement identifié comme pour les peaux , qui signifie « humanité ». Adam et Eve ne sont pas des Hébreux, des Égyptiens ou des Cananéens. Leur « race » ou leur « ethnie » n'est pas identifiée. Et ils deviennent la mère et le père de tous les peuples et de toutes les ethnies. Le début de l'histoire biblique ne concerne donc pas les Blancs, les Noirs ou les Bruns. C'est une histoire sur tous les peuples.

De plus, Genèse 1:26 27 nous dit que Dieu les a créés (« l'humanité ») à son image. Cette vérité a de profondes implications, car elle insiste sur le fait que les gens de tout les races et les ethnies sont créées à l'image de Dieu. Et puisque tous portent son image, tous méritent d'être traités avec une dignité et un respect particuliers.

2. Israël était ethniquement diversifié

La composition de l'ancien Israël reflétait la composition multiethnique du monde biblique. Le monde de l'Ancien Testament était multiethnique, et les ethnies des personnages bibliques reflétaient cela.

Alors que de nombreux personnages de la Bible sont sémitiques (et ressemblaient donc à des Israéliens ou des Arabes des temps modernes), l'histoire inclut fréquemment des individus et des groupes d'un large éventail d'ethnies. Abraham, par exemple, était originaire de Mésopotamie et, sur le plan ethnique, il était probablement un Araméen/Amoréen. Lui et sa famille ont émigré à Canaan, où deux de ses descendants (Jude et Siméon) ont épousé des Cananéens, tandis que leur frère Joseph a épousé une Égyptienne.

Plus tard, lorsque Dieu délivra les descendants d'Abraham d'Égypte, une « multitude mixte » les accompagna alors qu'ils quittaient l'Égypte (Ex. 12:38), ce qui implique que des personnes d'autres groupes ethniques les accompagnèrent et firent ainsi partie d'Israël. En effet, tout au long de l'Ancien Testament, il y a un afflux fréquent de personnes d'autres ethnies dans le peuple de Dieu, y compris la femme Cuschite de Moïse (Nombres 12), Rahab le Cananéen (Jos. 2 6), Ruth la Moabite (Ruth 1 4), Ebedmelech le Cuschite (Jérémie 38 39), etc.

3. Les Africains noirs ont été impliqués dans le plan de rédemption de Dieu

Un groupe ethnique distinctif qui apparaît à plusieurs reprises dans les Écritures est celui des Cuschites. Les termes 'Cush' ou 'Cushite' apparaissent plus de 50 fois dans la Bible hébraïque. Dans les Bibles anglaises, il est souvent traduit par « Cush », mais parfois par « Nubie » ou « Éthiopie ». Cush était un puissant royaume d'Afrique noire situé le long du Nil, juste au sud de l'Égypte.

Les Cuschites noirs ont été des acteurs actifs de la géopolitique et de l'économie de l'ancien Proche-Orient pendant la majeure partie de la période de l'Ancien Testament. Les Cuschites ont même contrôlé l'Égypte pendant une courte période (à l'époque d'Isaïe) et se sont alliés à Jérusalem contre les Assyriens. Plus tard, l'Ebedmelech d'Afrique noire a joué un rôle crucial dans l'histoire théologique de Juda, sauvant le prophète Jérémie et symbolisant l'inclusion des futurs Gentils qui viendront à Dieu par la foi (Jérémie 38). 39).

Le premier croyant non juif du Nouveau Testament était un Africain noir.

Dans le Nouveau Testament, cette région est généralement appelée « Éthiopie », même si elle diffère de l'Éthiopie moderne. « L'eunuque éthiopien » dans Actes 8 était un Africain noir de cette région le long du Nil, au sud de l'Égypte. Il fut le premier croyant non juif dans le Nouveau Testament et, comme Ebedmelech dans le livre de Jérémie, il semble symboliser ou préfigurer l'inclusion imminente des Gentils dans le reste des Actes.

4. Moïse a épousé une femme cushite (noire africaine)

Dans Nombres 12, Moïse, tout en marchant fidèlement avec le Seigneur et dans la puissance du Seigneur, épouse une femme de Cush. Il ne fait aucun doute que cette femme était une Africaine noire. Et dans l'histoire, Dieu semble donner son approbation totale à ce mariage.

C'est une déclaration forte sur l'acceptabilité biblique du mariage interracial. Dans d'autres textes de l'Ancien Testament, il y a des interdictions d'épouser des Cananéens et d'autres habitants de Canaan, mais ces interdictions n'étaient pas dues à des différences ethniques mais à des différences théologiques, puisque les Cananéens adoraient des dieux païens. L'interdiction était de se marier en dehors de la foi.

5. Les gens de tous les groupes ethniques sont unis en Christ

Dans le Nouveau Testament, Paul demande actif l'unité dans l'Église, une unité qui unit explicitement des groupes ethniques différents en raison de leur identité commune en Christ. Paul proclame qu'en Christ, les croyants forment une toute nouvelle humanité. L'ancienne barrière d'hostilité et de division entre groupes ethniques a été démolie par la croix ; et maintenant, tous les peuples doivent être un en Christ (Rom. 4 ; Gal. 3 4 ; Col. 3; Éph. 2).

Les chrétiens des autres races ne sont pas seulement égal à nous; elles sont rejoint à nous.

Paul insiste sur le fait que l'identité première des chrétiens doit être fondée sur leur union avec le Christ, et non sur des liens sociologiques, géographiques et ethniques traditionnels. Encore une fois, les implications sont profondes. Les chrétiens des autres races ne sont pas seulement égal à nous; elles sont rejoint à nous. En tant que chrétiens, nous faisons tous partie du même corps, unis par la présence du même Saint-Esprit qui nous habite tous. Nous ne sommes pas seulement des amis ou des fidèles de la même religion, mais des frères et sœurs de la même famille.

6. Le livre de l'Apocalypse dépeint une congrégation multiethnique

Jean nous donne un aperçu du peuple de Dieu à la fin de l'histoire, le décrivant comme des gens de toutes tribus, langues, peuples et nations (Apoc. 5 : 9 ; 7 : 9 ; 10 : 11 ; 11 : 9 ; 13 : 7 ; 14:6 ; 17:15). Cette quadruple formule tribu, langue, peuple et nation met l'accent sur la diversité ethnique du peuple de Dieu qui adorera autour du trône. C'est une image du royaume culminant du Christ et, en tant que tel, nous fournit un modèle vers lequel nous devons nous efforcer. Jean voit clairement le royaume de Christ comme une congrégation multiethnique.

Ces six brèves observations sont loin d'être exhaustives, mais nous espérons qu'elles vous aideront à commencer à relire et à repenser ce que les Écritures disent vraiment sur la diversité ethnique.


Note de l'auteur: Pour une discussion plus approfondie de ces thèmes, voir mon livre De chaque peuple et nation : une théologie biblique de la race , dans la série New Studies in Biblical Theology (NSBT) éditée par D. A. Carson.